Forum RP Fantasy
 
AccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 La symphonie de l'ombre

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Twiixq

avatar

Messages : 15
Date d'inscription : 23/02/2014
Age : 20

MessageSujet: Re: La symphonie de l'ombre   Ven 21 Nov - 13:57

L’enfant me regarde d’un air indescriptible, la garde de ma lame pointé vers elle. Je sais, je le sens en elle, elle est déjà assez forte pour ce genre de choses, j’attends une réaction de sa pars mais la porte s’ouvre derrière moi et deux personnes entre sans crier garde.

Je tourne vivement la tête… L’amie de Rayzak se tiens a deux pas de moi et une gamine est figer à sa droite. Je remarque dans son regard un vif changement, de la stupeur elle passe à la rage et empoigne un poignard à sa ceinture en criant.
« - Assassin! Tu as tué Lyold! »
L’archer l’empoigne instantanément en se remettant vite de sa surprise de me voir ici. Je ne reconnais pas la fille mais je vois qui c’est, la protégée de Lyold. *Exauce le vœu de Rayzak…* Que voulait-il dire ? Je n’ai pas le temps d’y réfléchir tout s’enchaine vite, l’homme empoigne ma lame alors que je suis encore accroupis et me prends par l’épaule pour m’emmener dans une autre pièce. Il me sermonne comme une enfant à peine rentrée, laissant les autres derrière. Je ne réagis pas et le laisse faire alors qu’il m’avait violemment plaqué contre le mur, je suis lasse…

Après qu’il est fini, je me décide de lui répondre, rien ne sert de rester muette maintenant, bien que mon envie de partir loin d’ici dans l’instant soit irrésistible.

« - Cette fille est plus forte que tu ne le crois, je sais lire le regard des autres et voir aux fonds de leurs âmes, maintenant elle connaît la vérité, et si sont envie de me tuer est réelle, sa ne tardera pas. »

Il retient un jurons, se maitrisant il attend la suite avec impatience, je retire sa main de mon épaule et tend mon bras pour récupéré ma lame encore dans son autre main. Apres quelques secondes il me la rend et demande de nouveau.
« - Et pour Lyold ? Qui ? Pourquoi cette fille le connait-elle ?
Je baisse la tête et plonge un regard vide sur le sol.
- Rayzak ne t’as donc rien dis… Je suis celle qui ai tué Lyold, cette fille était à ses coter quand il a rejoints l’autre monde.
- Rayzak... pourquoi laisser en vie se meurtrier…
- Ne lui en tiens pas rancœur, cette fille était présente quand il a changé d’avis, c’est sans aucun doute lier. Autant que moi Lyold était un assassin, mais il ne méritait pas un tel châtiment.
- Alors pourquoi l’avoir tué, parce que ses hommes t’ont attaqué peut être ?
- Peut être… »
Je relève ma tête et le fixe, je n’ai rien à lui dire de plus, il n’a rien à savoir. Je me glisse sur le coter et sort de la pièce, qui est l’une des chambres. Du couloir je regarde la salle de vie, la mère est toujours figée telle une statue, les deux fillettes sont accroupies au sol, se remettant de leurs émotions et celle du capitaine me jette un regard noir, il est simple d’y lire une grande détermination, mais elle n’est finalement pas encore prête… j’attendrais.
L’homme sort finalement de la chambre et regarde dans la même direction que moi.

« - Malgré ce qui c’est passer, j’approuve ton acte, Lyold ne méritait pas la vie pour ses faits passé.
- je me fiche de tes pensées, j’imagine que Rayzak t’a confier quelque chose si tu es ici…
les filles t’attendes. »
C’est une véritable insulte que je lui lâche à la figure, c’est le meilleur moyen de se débarrasser de cet homme, car je n’ai guère besoin d’un allier tel que lui.
«- Sale…
- La prochaine fois que tu me pointe d’une flèche, même dans le noir, vise plus à gauche, t’es chances de me toucher aurait été plus grande si tu avais tirés.
- Comment… ?
Je détourne mon regard de la grande salle et le fixe d’un regard noir.
- C’est moi qui chasse la nuit, pas l’inverse. »
Les coupures successives lui font finalement comprendre que mon envie de parler n’est plus. Je me retourne vers la sortie et marche vers elle à grand pas, avant d’ouvrir j’ajuste mon col et ma capuche une dernière fois, puis sors.
Il ne me retient pas et à l’air de me regarder partir, je me rends compte que la rue est bien plus vide qu’à mon entrée, la plus parts des personnes se sont dirigées vers les rues commerciales pour vaquer à leurs occupations.
Mes pensées sont déjà orientés vers ma prochaine destination, ayant beaucoup réfléchis durant la nuit, et sachant qui en a après moi, il va me falloir attendre plusieurs années avant qu’elles soient à la hauteur pour m’assassiner… J’ai le temps de comprendre cette chose au moins…
Les montagnes sont bien loin au nord d’ici, des semaines… Non des mois de marche sont à prévoir pour y arriver. De plus après ses vieux évènements, je n’y suis jamais retournée, je ne connais rien de cette région et le temps me permet pas d’en perdre, il me faudrait… un guide.
Bien que la garde me recherche, c’est l’une des meilleurs villes pour en trouver un. Je me décide donc à me diriger discrètement vers le centre.
Les heures passe, je me trouve un endroit tranquille pour manger dans les basses rues, après que le soleil ait quitté son zénith je retourne vers le centre, j‘ai déjà repéré de potentiel informateur.
Adossé à un mur à l’ombre, la place est immense, entouré de marché, pas un pas sans rencontrer un groupe d’étranger échangeant avec un marchand local, je balaye de long en large la zone avec les yeux, les quelques gardes ne font même pas attention à moi, jusqu’au moment où une personne drapé d’un fin tissu blanc et recouvert d’une capuche de même couleur est sur le point de passer devant moi.
Il y en a beaucoup comme lui, mais celui-ci est différent, il marche, bouge comme un guerrier expérimenté et le peux que montre son visage cacher est une grande confiance.
Il remarque que je l’observe mais continue d’avancer sans le montrer, finalement il tourne à une ruelle un peu plus loin, c’est comme une invitation, j’attends un peu et fini par bouger pour le suivre.
On marche longtemps pour être à l’écart des oreilles indiscrètes et finissons près des basses rues.
Il se retourne et retire soudainement sa capuche, ce qui me fait arquer un sourcil, montrer ainsi son visage voudrais dire que je dois aussi…
« - Tu n’as pas à le faire, je ne te connais pas mais je vois bien qui tu es.
Voilà donc pourquoi il l’a fait.
- J’avoue que je n’aurai pas imaginé te voir ainsi, que me veux-tu ? Assouvir t’a soif de sang après le si beau massacre de la veille ?
Il me le dit avec une certain sourire, je remarque maintenant sous sa cape la présence d’une armure et surement d’une arme, me provoquer ainsi… pense-t-il que je vais l’attaquer ?
- Dire qu’il me faudrait simplement crier pour rameuter toute la garde est gagner une certaine somme d’argent alléchante pour ta capture…
Il parle beaucoup.
- T’es babillages m’ennuie, je n’ai qu’une chose à te demander, si tu veux de l’argent en échange sa me conviens, fait le moindre geste, et c’est les morts que t’ira informer.
Il pouf de rire, et finis par reprendre un certain sérieux.
- J’ai besoin de quelqu’un qui connaisse un chemin rapide vers les montagnes bien au nord, celle au-dessus de Faysam, ainsi que les lieux une fois sur place, évidemment j’ai de quoi payer, il ne m’accompagnera pas la lame sous la gorge.
Il regagne soudainement entièrement son calme, plus sérieux il me fixe et réfléchit. Puis un énième sourire se dessine sur ses lèvres.
- Je connais ton homme, j’étais sur le point d’aller le voir, mais nous n’irons pas ensemble car j’ai cru comprendre… Que tu la déjà vue.
Son sourire est narquois, en l’observant plus attentivement je comprends.
Il n’a pas le même faciès des gens vivant par ici, mais le même air de confiance et de témérité que l’autre.
- Le forgeron…
- Exactement, mais sois… persuasive si tu souhaites une certaine aide de sa part, notamment avec ce qu’il c’est passer… Mais voyager avec une t’elle créature, il faut avouer que ce ne serait pas pour déplaire à certains ! Bien que retiré ton colle serai une première…
Le regard noir que je lui lance le fait rire mais il comprend aussi, il repart dans l’autre sens, passant proche de moi, sans demander son reste. Il faut dire que cette coïncidence est suffisante comme compensation pour lui, malgré sa vulgarité il a l’air intelligent et honnête. Bien.
- Ah et… Je ne voudrais pas abuser de ta patience mais il compte, ainsi que moi, quitter cette ville d’est cette nuit, le temps presse, sur ce, adieu j’imagine. »
J’attends qu’il soit loin, et repars vers le centre, finalement je croise son atelier, beaucoup son atteler autour à le regarder, mais attentivement, je lis sur son visage une grande impatience et lassitude.
Il faut dire que la nuit fut très étrange et loin de s’être passer comme tout le monde l’aurais voulu. Sur un simple combat de rue et une course poursuite, ça c’est finis en un véritable massacre perpétuer par… Une démone.
Je me force à oublier et attends que la nuit tombe pour que la zone se vide.
Finalement, les gens se dispersent, des gardent tente de séparé une querelle entre un orc et un marchand qui a tenter de l’escroquer, enfin plutôt, sauve la vie de l’homme qui a failli se faire écraser contre le mur.
Je profite de la situation et passe derrière le regroupement, j’attrape une dague à la ceinture d’un soldat et repars vers l’atelier qui à fermer depuis déjà presque une heure, en approchant j’entends du bruit à l’intérieur.
Je grave quelques mots sur la porte en bois et plante avec force la dague dessus en plaçant délicatement une pierre d’orasio pure, sur la garde. Contenant énormément d’énergie, pas plus gros qu’un pouce, sa pureté en fait un objet extrêmement rare et possède du coup une immense valeur, beaucoup vendraient leurs familles pour un si petit fragment, notamment des forgerons à la recherche de la meilleur des qualités. Je n’en ai aucune utilité.

« Porte est
l’orée de la foret aux grandes pierres
à minuit. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rayzak Warren
Admin
avatar

Messages : 33
Date d'inscription : 22/02/2014

MessageSujet: Re: La symphonie de l'ombre   Ven 13 Fév - 8:02

"Cette fille est plus forte que tu ne le crois, je sais lire le regard des autres et voir aux fonds de leurs âmes, maintenant elle connaît la vérité, et si sont envie de me tuer est réelle, sa ne tardera pas."

Ce rendait-elle compte au moins de ce qu'elle disait?! C'était une gosse bon sang! Et on ne donne pas sa vie ainsi, si elle s'en voulait tellement elle pouvait très bien trouver un autre moyen que de donner sa mort pour apaiser l'enfant! Reid n'en croyait pas ses oreilles, elle parlait comme si la vie n'avait aucune valeur. L'archer passa très vite le sujet qui lui donnait juste envie de la frapper pour lui faire entendre raison... Chose qui aurait finalement fait qu'empirer la situation.

"Et pour Lyold?! Qui...? Pourquoi cette fille le connait-elle?!"

Le silence le rendait de plus en plus fou, mais seul lui ici hurlait, rajoutant à la sombre atmosphère une toute nouvelle pression. On pouvait l'entendre depuis la salle d'à côté ou se trouvait les deux filles et la mère. L'elfe avait un tel irrespect, c'est comme si elle n'appartenait pas à son monde, comment si elle était au dessus de tout. Non jamais Reid n'avait rencontré quelqu'un comme elle. Aussi froid et détaché. Aussi impétueuse et sûre d'elle.

"Rayzak ne t’as donc rien dis… Je suis celle qui ai tué Lyold, cette fille était à ses coter quand il a rejoints l’autre monde."

Ses mots résonnait dans ma tête, c'était impossible, Rayzak... En y repensant Reid se rendit compte qu'il n'avait eu aucune preuve se la mort de Lyold. Il s'était basé sur la confiance qu'il donnait au chevalier errant, confiance qu'il brisa sans scrupule pour sauver un monstre. Monstre qui fut abattu peu après. Rayzak avait tout perdu, la vie qu'il avait voulut sauver n'était plus et il avait perdu la confiance d'un ami. Plus étrange que cela ait pu parraitre, c'est néanmoins le chevalier qui eu tout le mérite de la mort du terrible Lyold.

"Rayzak... pourquoi laisser en vie se meurtrier…"

"Ne lui en tiens pas rancœur, cette fille était présente quand il a changé d’avis, c’est sans aucun doute lier. Autant que moi Lyold était un assassin, mais il ne méritait pas un tel châtiment."

"Ces mots sortant de la bouche de celle qui avait assassiner le fameux assassin sonnait faux, surtout après avoir vu le cadavre..." Pensa Reid, il aurait voulut s'exprimer, mais il ne pouvait pas défier ainsi la femme qui avait sans le vouloir exaucer son souhait. Au lieu de ça le jeune archer voulait en savoir plus sur l'assassin."

"Alors pourquoi l’avoir tué, parce que ses hommes t’ont attaqué peut être?"

Le peut être était plus accentué, prononcer avec une pointe d'ironie, bien sur que non, il y avait autre chose. L'elfe avait beau faire la mystérieuse, il n'était pas si dur de comprendre certains aspect de sa personnalité. Il avait déjà envisager la réponse de celle ci à sa question provocatrice.

"Peut être…"

Ah! Il l'avait vue venir, L'elfe lui fit face, l'archer lui en profita pour en lire plus dans ses yeux. Ses yeux... Il avait une profondeur, une tristesse indéchiffrable. Non pas à cause de Lyold, pour autre chose, quelque chose d'oublié et qui n'aurait jamais du. Son corps se souvenait de quelque chose dont son esprit avait enfermé pour ne plus souffrir. Ce regard lui fit peur, il devait trouver rapidement un sujet pour éviter ce regard.

"Malgré ce qui c’est passer, j’approuve ton acte, Lyold ne méritait pas la vie pour ses faits passé."

Il y avait du vrai, mais si il ne s'était pas retrouvé à croiser son regard il se le serait garder pour lui. Il se sentit stupide de lui avoir dit ça et attendait déjà le retour de balle qui allait être brutal.

"Je me fiche de tes pensées, j’imagine que Rayzak t’a confier quelque chose si tu es ici…
les filles t’attendes.
"

"]Sale...!"

"La prochaine fois que tu me pointe d’une flèche, même dans le noir, vise plus à gauche, t’es chances de me toucher aurait été plus grande si tu avais tirés."

"Comment…?"

Son regard replonge dans le mien, provoquant une nouvelle fois une terrible peur jamais rencontrer de toute ma vie.

"C’est moi qui chasse la nuit, pas l’inverse."

Et elle partit, je titubai me rattrapant sur le mur, évitant de rien de me retrouver sur les genoux. Un petit et silencieux rire nerveux sortit de ma bouche, le regard emplit de soulagement que la conversation soit finit, mais triste de ne pas pouvoir profiter plus de la présence de l'elfe. Elle était étrange... Non ce n'était pas ça, elle était unique, une créature sombre derrière une mur de glace, une perfection à observer, mais dans les faits. Reid souriais elle avait néanmoins fait une erreur, il n'avait pas mal visé...

"L'elfe de la nuit... Ce nom t'irait bien, mais ne sous-estime pas Reid, flèche de Vent, celui dont les flèches ont toujours atteins leurs cibles..."

Il appréciait l'elfe, sa façon dont elle lui avait répondu, son regard, sa force, son aura.

"Rayzak, je comprend maintenant ce que tu lui trouvais à cette elfe."



Se fut après plusieurs chopes de bières qu’il se rendit compte qu’il regrettait. Avec Rayzak les choses devenaient intéressantes, le chevalier avait fait bouger les choses en Symphonia, et non en mal, au contraire. Au point même qu’un des pires criminels était mort. Ce n’était peut être pas lui qui l’avait tué mais il en était indirectement lié. Pourtant, il en voulait beaucoup au maitre de la rapière-épée. Lui avoir caché la vérité et d’être partit ainsi, c’était trahir sa confiance. Regrettait-il la mort de ce monstre ?! Ce monstre ne méritait-il pas la mort ?! Après ce qu’il avait fait de sa ville, ça il pouvait crever. Mais cela laissait néanmoins l’archer perplexe, il voulait savoir pourquoi et si il le devait…

"Tu sais Reid, tu peux toujours partir à sa recherche, quelqu’un doit bien savoir ou il est partit."

Red observa le gérant du bar de la guilde, peut être avait il raison. Il retourna à sa bière, l’air décrépit. Même dans le doute l’archer ne pouvait pas dire non à l’aventure que cela impliquait, ici il s’ennuierait trop après les mésaventures qui se sont passé. Il soupira, dégouté de vouloir quitté sa ville, mais il avait besoin d’action. Actions qui allaient enfin mettre en avant ses capacités, il était triste que jusqu’ici il ne put se battre à fond, même contre Lyold. Avec Rayzak aux alentours il ne pouvait risquer de le blesser. Néanmoins l’idée de cette aventure n’était pas à prendre à la légère, il y avait provisions et équipement, tout cela allait puiser dans ses dernières réserves d’argent. Mais finalement cette vie la l’intéressait plus que vivre dans sa ville natal et de seulement partir dans ses alentours pour quelques quêtes. Il avait besoin de découvrir le monde et se fichait d’avoir une vie stable. Il paya une dernière tournée à la guilde, leurs expliquant qu’il leurs faisait un adieu provisoire, que dame aventure l’appelait et qu’il était prêt à draguer le danger pour découvrir ce monde. Tout cela dit avec humour, mais aussi avec sérieux. Non il ne prenait pas l’aventure à la légère, c’était sa nouvelle vie, celle d’un aventurier solitaire à la recherche de son nouveau rival, Rayzak, le chevalier à la Rapière-épée.
Fin
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lastbreath.forumactif.org
 
La symphonie de l'ombre
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» carte de l'ombre et "n'importe qu'elle phase"
» Le pretre ombre.
» Spectre des ombre
» {kälhän et jëila} [chaman heal/amélio et pretre ombre]
» Grimoire d'un Esprit de L'Ombre - Chapitre I - II - III

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LastBreath :: Role Play :: Vos aventures-
Sauter vers: